Yékini, le roi des arènes

Tout a commencé par un t-shirt.

D’un blanc approximatif, il portait en capitales bleues le mot « YEKINI », en-dessous duquel un homme massif, au visage doux malgré sa carrure impressionnante, était cadré à mi-cuisses. En dessous, en plus petites capitales, était inscrit le titre cryptique : « LE ROI DES ARENES ».

À l’intérieur du t-shirt se trouvait un auteur de bande dessinée, Clément Xavier, attablé avec Lisa Lugrin, auteure elle aussi. Dans les environs du t-shirt étaient assis Gregory Jarry et Thomas Dupuis, responsables des éditions Flblb (prononcer en soufflant dans une pinte de bière avec un macaroni dans la bouche). Intrigués par la figure imposante du « roi des arènes » et soupçonnant qu’il ne s’agissait pas d’un toréador, les deux éditeurs interrogèrent Lisa et Clément. Ceux-ci expliquèrent qu’ils revenaient du Sénégal où la lutte, plus encore que le football, est un sport de premier plan. Là-bas, ils avaient eu la chance d’assister à un combat auquel participait une véritable star du milieu, Yékini. Et Clément avait acheté le t-shirt à cette occasion. La curiosité de Grégory et Thomas était piquée. Justement, ils voulaient faire un album avec Lisa et Clément. Pourquoi pas sur Yékini ?

yekini-couv2

L’album, en quelques 380 pages, retrace le parcours de ce lutteur exceptionnel depuis le match où il terrasse Tyson, le précédent roi des arènes, jusqu’en 2012 où sa carrière prend un tournant. Alors que la lutte est à la fois une institution culturelle majeure et un business colossal, Yékini se vend mal : c’est un athlète, pas médiatique pour un sou, qui n’a que faire de soigner son image. Il mène une vie d’une austérité monastique et se consacre entièrement à sa préparation sportive. Les provocations de ses adversaires, personnages hauts en couleurs rodés au jeu médiatique, glissent sur lui. Mais sans sponsors et sans soutien des supporters et de la presse, point de lutte. Attaché aux traditions, au sport et au fair-play, que peut devenir Yékini dans un milieu où le show et l’argent prennent une importance croissante ?

Avec ses dessins au crayon à la fois sobres et expressifs, Lisa Lugrin construit un personnage extraordinairement attachant. Le scénario de Clément Xavier fait se succéder des scènes variées — de vie quotidienne, de préparation mystique, de combat — où la dessinatrice trouve autant d’occasions de laisser briller les facettes d’un style protéiforme. Le fil principal de l’histoire est entremêlé de pages hybrides mêlant dessin et photographie, de petites enclaves narratives qui introduisent une variété graphique et de documents qui font occasionnellement pencher le récit vers l’enquête de terrain. Les tableaux du Sénégal en révèlent des aspects qu’on peut supposer largement inconnus du public français, avec juste assez de pédagogie pour éclairer le récit et sans l’ombre de l’exotisation condescendante qu’on pourrait craindre dans une telle entreprise. Au contraire, les coauteurs parviennent à restituer, à travers l’évocation de la lutte, quelques enjeux d’un contexte social et politique complexe.

Salué par le Prix Révélation du Festival d’Angoulême en 2015, par le Prix des lycéens et apprentis d’Île-de-France la même année, sélectionné pour le Prix France Info de la BD du réel et le Prix Cézam, Yékini, le roi des arènes a sa place dans la bibliothèque de toute personne curieuse. On regrettera seulement de ne pas pouvoir ajouter le t-shirt à sa garde-robe.

Lisa Lugrin, Clément Xavier, Yékini, le roi des arènes, éditions Flblb, 2015.

Présentation des auteurs sur le site de l’éditeur
Les auteurs et le fameux t-shirt

Un grand merci à Alexandre pour l’anecdote du t-shirt !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s